Ethiopie - Ethnie Mursi

Les Mursi sont des habitants semi nomades de la vallée de l'Omo dans le sud de l'Ethiopie 

Ils sont l'un des derniers peuples d'Afrique dont les femmes portent des ornements labiaux ("Dhébé") et auriculaires en forme de disque plat, d'ou leur nom de "femmes à plateau"

  

Le but de cette pratique n'est pas forcément connu même si des hypothèses existent...Dans tous les cas le fait de porter un dhébé a aujourd'hui une fonction purement esthétique, symbole de beauté mais aussi de prestige, la taille du plateau serait à la mesure de la dot exigée par la famille des jeunes filles à marier...Aux dires du guide, la dot moyenne du moment équivalait à 30 zébus et ...une kalachnikov !

 

Je vous ai déjà montré cette première photo, une de mes préférées sur cette Ethnie.

Elle résume à mon sens toute l'ambiguïté du regard qu'on peut porter sur cette coutume ancestrale au travers même du regard  de celui que l'enfant porte sur le plateau labial de sa mère...

Bien sur, lui ne s'interroge pas pour les mêmes raisons que nous , simple curiosité  pour lui ... 

On peut s'interroger mais sans juger, cette coutume fait partie de leur culture...

 

"La mise en place du dhébé intervient avant l'age de 10 ans: après extraction des incisives inférieures,

la lèvre est percée et une cheville de bois mise en place; l'orifice est agrandi d'année en année"

 

Toutes ne portent pas le plateau labial

 

La scarification chez les jeunes filles fait aussi partie de la parure esthétique ...

(chez les garçons elle est plutôt signe de bravoure)

Les hommes étaient peu ou pas présents au village, mais ceux présents se sont prêtés de bonne grâce et gracieusement à la photo

La photo payante est la règle dans la vallée de l'Omo, entre 5 et 10 birr (soit entre 15 et 30 centimes)

  et difficile d'y échapper même si cela  reste ponctuellement possible


 

Les huttes sont faites de chaume, terre et branchage...confort spartiate

 

Elles ne comportent q'une petite ouverture afin d'éviter à la chaleur d'entrer trop facilement

 

Les enfants garçons nous observent à distance ( photo au 300mm)

 

Une visite qui n'a pas été à la hauteur de ce que j'espérais...pas d'échange...Une rencontre marquante certes mais trop centrée sur le business qu'ils veulent faire avec la vente de leurs plateaux, à la limite du harcèlement...même en leur montrant les deux que j'avais déjà acheté...

Je peux comprendre, le touriste est une mane... je suis prêt à pratiquer un tourisme solidaire mais regrette juste la méthode ici...

je n'ai pas eu ce genre d'échange avec les Himbas en Namibie par exemple, mais c'est une autre histoire...

Écrire commentaire

Commentaires: 9
  • #1

    Pascale MD (mardi, 30 avril 2019 19:01)

    Bon soir Jean-Claude,
    Fantastique te série de portraits, et que ces visages sont beaux.
    Les regards sont aussi très expressifs.
    Merci pour ce partage au coeur de la population.
    Belle fin de soirée.
    PS : si tu le souhaites, lors d'un de tes prochains passages dans le coin, je peux t'indiquer une adresse urbex bien sympa que tu ne connais peut-être pas.

  • #2

    ABC (mardi, 30 avril 2019 21:29)

    Il me semble que tu nous avais déjà montré la première photo, dont j'aime beaucoup le regard interrogateur et intrigué de l'enfant. La photo de la porte de la hutte avec la jeune-fille devant me plaît aussi beaucoup.

  • #3

    MAYA61 (mercredi, 01 mai 2019 00:01)

    J'avais ressenti la même chose lors d'un voyage en Egypte où les enfants nous "harcelaient" pour avoir des cadeaux.
    J'ai été mal à l'aise à ce moment là en me disant qu'on avait provoqué ces réactions en leur donnant des envies qu'ils ne pouvaient pas concrétiser.
    Par contre, le voyage au Maroc c'était très bien passé

  • #4

    crislo (mercredi, 01 mai 2019 09:37)

    bonjour,
    des photos tres parlantes, et impressionnantes malgré tout..

    incroyables que des gens vivent encore comme celà à notre siècle , mais bon , peut etre sont ils heureux comme celà..
    bon 1er mai
    à bientot

  • #5

    da.cl (mercredi, 01 mai 2019 13:17)

    Bonjour mais quel merveilleux reportage avec ces sublimes photos qui parle pour elle même c'est vraiment un très beau partage que tu nous offre merci beaucoup j'apprécie bon 1er mai bisou Claudine Daniel

  • #6

    JLM (jeudi, 02 mai 2019 10:38)

    je ne sais quoi dire c'est tellement présent et touchant

  • #7

    Alain (jeudi, 02 mai 2019 19:04)

    Même si ce sont des coutumes ancestrales, je ne peux pas m'empêcher de penser que cela doit-être relativement traumatisant pour celles qui portent ce plateau.
    Ça me fait penser aux pieds bandés en Chine (coutume abandonnée) ou aux femmes girafes en Thaïlande et en Birmanie.
    Ceci étant dit, ça permet au voyageur de rapporter des clichés vraiment hors du commun comme ceux que tu nous présentes ici.
    Elles me plaisent toutes mais il y en a quelques unes qui me "parlent" davantage.
    La première pour les raisons que tu évoques et aussi pour l'ombre de ce plateau avec son trou.
    Celles des deux hommes accroupis avec le regard qui ferait presque peur de l'un et le sourire pour l'autre.
    J'aime aussi la vue d'ensemble des huttes qui donne une idée de leurs conditions de vie et enfin celle de la fillette se tenant devant la porte d'entrée de sa hutte.
    Merci pour ce beau partage.

  • #8

    ZANDO Nicole - pelloch club / corbas (jeudi, 02 mai 2019 19:54)

    impressionnant leurs coutumes.
    Beau reportage -
    Cordialement

    Nicole ZANDO

  • #9

    mimi (samedi, 11 mai 2019)

    Magnifiques tous ces portraits , un chouette reportage que tu nous a fait là. Bisous.